couple en pvt
Le PVT Canada

Quand on a 1 PVT sur 2

30 décembre 2019

On parle souvent de ceux qui partent seuls en PVT, ou de ceux qui, à deux, ont la chance d’être tirés au sort en même temps. Je fais partie de la catégorie côté obscur, où, en couple, seul l’un de nous deux a obtenu le permis tant convoité.

A notre retour en France après notre voyage à Montréal, nous décidons de faire quelques recherches sur les démarches à effectuer pour une expatriation au Québec. Nous comprenons vite que le PVT semble être la meilleure option, du moins pour nos profils respectifs. La prochaine sessions démarre quelques mois plus tard, ça nous laisse le temps de bien informer sur tout le processus et d’être fin prêts pour l’ouverture du bassin et le début des tirages au sort. Mais qui dit tirage au sort dit aussi possibilité que l’un de nous n’ait pas d’invitation; nous décidons d’un commun accord que si un seul de nous deux obtient ce permis, il part, l’obtention de ce permis étant très aléatoire. Nous trouverons toujours une solution pour que l’autre le rejoigne. #optimisme.

Et ce que nous redoutions est arrivé : j’ai été la seule à être tirée au sort.

Durant les semaines qui ont suivi mon tirage au sort, j’ai tenté de faire traîner le processus autant que possible : attendre la veille de l’expiration de l’invitation, puis la quasi fin du temps imparti pour faire mes données biométriques, ou encore jouer un peu la montre pour soumettre mon dossier final. Le temps de traitement côté gouvernement a fait le reste, j’ai dû patienter 8 semaines avant de recevoir ma lettre d’introduction. L’idée ? gagner un temps précieux en attendant qu’un miracle se produise pour l’Homme. Raté.

Lorsque la saison 2019 s’est achevée et que le miracle n’avait pas eu lieu, nous décidons de participer aux Journées Québec qui ont lieu deux fois par an à Paris, et tenter de passer par la voie classique de l’embauche. Il s’agit d’un forum où des recruteurs se déplacent pour rencontrer des candidats prêts à s’expatrier dans la Belle Province. Il n’y a quasiment que des métiers spécifiques et/ou techniques, l’Homme a d’ailleurs passé quelques entretiens, mais pas vraiment concluant. Encore raté.

Ce qu’il nous reste comme options à 3 mois de mon départ.

* Option PVT : la saison 2020 vient tout juste d’être lancée et, même si rien n’est sûr et que ça reste du hasard, on peut toujours espérer que ça se débloque de ce côté-là. Ce serait, évidemment, la solution la plus simple.

* Option JP : le Jeune Professionnel permet à des jeunes entre 18 et 35 ans ayant une offre d’emploi en poche, d’obtenir un permis de travail fermé qui les lie à une entreprise pendant 24 mois maximum. L’Homme étant développeur en reconversion, il y a pas mal d’offres pour ce corps de métier. Encore faut-il la trouver, cette offre d’emploi.

* Option conjoint de fait : si je parviens à trouver un boulot dans ma catégorie et avec la durée et le temps de travail exigés, je pourrais obtenir à l’Homme un permis de travail ouvert. Bon ce n’est plus vraiment mon conjoint mais mon mari, mais la situation est identique, la paperasse sera juste simplifiée. Ça rajoute une petite touche de stress supplémentaire, mais étant donné que je m’expatrie à Montréal pour y travailler, c’est une option qui peut être fortement envisagée. On ne sait juste pas combien de temps ça peut durer.

L’option visa touriste n’est pas envisageable pour nous, pour le côté financier notamment, ni l’option forfait-distance pendant 2 ans. Il va donc falloir s’armer de patience, ce qui n’est pas mon fort, et d’un tout petit peu de chance, quitte à la provoquer un peu.

Et vous, êtes-vous partis seul(e), en couple, ou seul(e) en couple ?

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.