À l'arrivée

La recherche d’appartement à Montréal

16 octobre 2020

Deux semaines après avoir atterri à Montréal et respecté scrupuleusement notre quarantaine obligatoire, nous avons enfin trouvé un logement ! Voici un retour d’expérience sur notre recherche d’appartement 🙂

Les spécificités québécoises

Avant de se jeter à corps perdu dans sa recherche d’appartement à Montréal, il est judicieux de se familiariser avec ce qui se fait ici.

Les surfaces

Oubliez les T2, T3, ici on parle en 3 1/2, 4 1/2 etc.
Si vous recherchez un 3 pièces, soit avec une chambre, alors vous vous orienterez sur un 3 1/2. Pour un 4 pièces, soit deux chambres, ce sera un 4 1/2. Le « 1/2 » étant la salle de bain.

On ne mesure pas un appartement en mètres carrés mais en pieds carrés. Ainsi, 1000 pi2 équivalent à environ 90 m2. Vous vous en rendrez vite compte, mais ici les appartements sont grands. Les canadiens n’ont pas le même rapport à l’espace, surtout quand on est habitué aux surfaces françaises.

Le bail

La durée du bail pour une location longue durée est généralement de 1 an (vs 3 ans en France). C’est entre juin et juillet chaque année que vous choisissez de le reconduire ou de déménager.
Si vous souhaitez quitter votre logement pour X raison avant la fin du bail, vous pourrez faire une cession de bail. Ça signifie que vous devrez chercher un autre locataire pour lui céder la durée restante de votre bail, sous les mêmes conditions. À l’inverse, il est possible de prendre un bail plus long, c’est à votre discrétion et avec accord du propriétaire.

L’historique de crédit

Au cours de votre recherche, vous remarquerez que les locateurs font souvent référence à une enquête de crédit. Il s’agit d’un historique basé sur votre carte de crédit, qui permet de voir si vous êtes un bon ou un mauvais payeur. Car ici, pas de caution ou de loyers en avance, c’est normalement illégal (mais je reviendrai là-dessus).

Comment chercher un appartement à Montréal ?

Avant de vous lancer, posez-vous les bonnes questions sur ce que vous recherchez. Préférez-vous un appartement meublé, semi-meublé ou vide ? Quel quartier, en fonction de votre mode de vie ou de la distance par rapport au travail ?

Les ressources

Ne perdez pas votre temps à scruter les devantures d’agences immobilières, vous ne trouverez que très peu de locations contrairement à la France. Il va falloir vous en remettre à vous-même, mais les ressources sont très nombreuses.

Les petites annonces sur Internet : Kijiji, Craigslist, Louer.ca ou les groupes sur Facebook sont de véritables mines d’or pour trouver un logement.
Les bureaux de location : CLV Group par exemple. Ce sont des sociétés de gestion immobilière qui proposent de nombreux appartement dans un même condo, dépendant de la surface que vous souhaitez. Un bureau peut avoir la gestion d’une dizaine d’immeubles différents en ville.
Les pancartes  » À louer » : lors de vos balades en ville, vous remarquerez ces pancartes au devant des appartement à louer, avec le numéro de la personne à contacter. L’avantage, c’est que vous aurez une idée directe de votre quartier avant d’appeler.
Le bouche-à-oreille : non négligeable si vous connaissez déjà un peu de monde en arrivant à Montréal. Amis, collègues, famille, parlez de votre recherche d’appartement autour de vous, on connaît toujours quelqu’un qui connaît quelqu’un.

Le budget

La recherche d’appartement est bien évidemment orientée par le budget que l’on peut y consacrer. Il sera plus ou moins important dépendant du quartier que vous visez. À titre d’exemple, le Plateau Mont-Royal et le Mile-End sont des quartiers très prisés et donc relativement chers. À l’inverse, Hochelaga-Maisonneuve (dit HoMa) et Verdun sont d’anciens quartiers ouvriers où les logements restent encore très abordables, bien qu’en hausse.
Pour les plus citadins, Griffintown est the place to be. C’est là que sont principalement concentrés les condo, mais le quartier est vraiment toujours en travaux. Ci-dessous, une infographie et une map récapitulatives pour les locations dans Montréal :

Remarques

Si vous avez un animal de compagnie, vous pourriez devoir vous armer de patience. Si on tolère plus facilement un chat, ce n’est pas toujours la même histoire pour les chiens. On demande parfois à ce que l’animal fasse moins de 20 lbs (environ 10 kg). Comprenez que vous aurez moins de choix, pour autant ce n’est pas mission impossible.

Ne soyez pas choqués par les promotions sur les loyers, c’est assez courant ici. Au début j’ai cru à des arnaques (méfiance de maudite française, que voulez vous). Il peut arriver que le premier mois soit offert, ou que le loyer soit moindre si vous optez pour un bail plus long. Nous avons aussi eu le cas d’une cession de bail où le locataire nous faisait cadeau de 100$ sur le loyer jusqu’à la fin du bail, pour que le logement parte plus vite.

Enfin, amis parisiens, oubliez le logement au pied du métro, c’est extrêmement rare. Il faut souvent emprunter un bus pour se rendre dans la station de métro la plus proche. Il est parfois possible de le faire à pieds, si on n’est pas refroidi par la réalité des distances canadiennes. On nous a souvent conseillé d’être véhiculés, mais ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment.

Comment nous avons trouvé notre appartement


Nous avons privilégié Kijiji pour le côté rapide et pratique. Ayant pas mal de critères, il était plus simple de trouver exactement ce que l’on cherchait via les filtres de recherche.

Nos critères de recherche

Nous recherchions un 4 1/2 équipé avec tous les électro, dans un logement neuf et récent (comprenez insonorisé), où les chats sont acceptés, dans un quartier calme mais avec tous les commerces nécessaires et transports. Et on a trouvé e-xac-te-ment ce que l’on cherchait.

Lors de notre quarantaine, j’avais déjà commencé à programmer des rendez-vous pour les visites dès que nous serions en mesure de sortir. N’ayant que 2 semaines pour trouver un logement, j’ai trouvé plus safe de m’y prendre au plus vite.
Nous avons visité 4 appartements le samedi, le soir-même nous avions l’acceptation pour notre gros coup de coeur.

Notre expérience

Je ne sais pas si c’est l’effet pandémie ou la différence culturelle, mais il n’a jamais été aussi facile de trouver un appartement, du moins pour nous. Les visites se sont enchainées très vite, et nous n’étions que très peu à être candidats sur le même logement à chaque fois. L’impression aussi que si on voulait un appartement, on l’aurait à coup sûr.

Concernant l’administratif, pas de dossier interminable à fournir. On nous a seulement demandé une preuve d’emploi, celle de l’Homme en l’occurrence, où figurait son salaire. That’s it. Ce qui a primé, c’est surtout le feeling entre la propriétaire et nous.
À la signature du bail, même histoire; le bail ne fait que 3 pages, pas de paperasse excessive.

En revanche (et là je vais peut-être me faire fusiller), nous avons accepté de donner une caution à notre propriétaire. Au vu de notre absence d’historique de crédit et mettant son appartement en location pour la première fois, nous n’avons pas refusé sa requête. La caution reste illégale, même si de plus en plus de propriétaire en font la demandent. Bon, on vient de contribuer à cette tendance…Erreur de débutant.

Nous sommes actuellement entrain de faire les démarches pour l’électricité et internet, après celles du NAS et de la banque. Je vous ferai également un retour sur tout ça 😉

You Might Also Like...

1 Comment

  • Reply
    Nos démarches à l'arrivée - So Chloe's To You
    31 octobre 2020 at 4 h 59 min

    […] vous ai fait un article détaillé sur notre recherche d’appartement à Montréal ici. Pour rappel, il vaut mieux prendre un Airbnb le temps de trouver un appartement sur place plutôt […]

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.